Vendredi 7 août, à 20h

BoogersBoogers a toujours respecté ses amours musicaux d’antan. Fan de la première heure de Weezer et leur science de la power-pop, il ne s’est jamais caché de chercher l’inavouable pour la sphère indie : un tube. Des mélodies qu’on fredonne en caisse, qui nous rendent honteux d’être aussi heureux à l’instar des feel good-movies de John Hugues. Pour se faire une technique imparable et révolutionnaire : n’en avoir aucune. A l’image du Bronx d’une cave de DJ punk ne connaissant pas le terme de disque dur, Boogers emmagasine des stocks d’idées dans son cerveau, réalise des quantités industrielles de refrains qui chaloupent sur son synthé, guitare ou Windows 98 puis assemble le tout pour en extraire des hits. Quand il lui manque l’idée lumineuse, il s’appuie sur son pote Google et à l’instar d’un digger du vinyle il prend sa casquette d’archéologue de bandes sonores oubliées pour leur redonner une seconde vie.

Au chapeau

Pour accompagner la musique, Maëlle et Adeline vous proposeront une assiette bistrot et des cocktails.

A partir de 19h