Clémence Agnez
Ligne à ligne
Résidence du 15 au 24 avril 2011
Exposition du 22 avril au 26 juin 2011

 

L’installation proposée se développe en deux parties qui se font face et se complètent. A l’extérieur du Centre d’abord, un lutrin de panorama nous indique un point de vue, accompagné de la mention : « Hypothèse : deux droites parallèles ne se rencontrent jamais ». En effet, devant nous s’étendent trois lignes blanches peintes au sol, qui, par anamorphose, échappent aux lois de la perspective et son imparable point de fuite. Celle du centre file vers l’espace d’exposition et semble, en traversant la baie vitrée, se soulever et s’étioler jusqu’à disparition. C’est en rentrant dans le lieu lui-même que l’on peut s’apercevoir en réalité qu’elle se mue en un réseau gigantesque mais presque invisible de cheveux blonds minutieusement tissés. L’installation, aussi ténue que démesurée, se tient aux limites de la perception.